Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 125
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0191
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 125 )

Flcmclifl cinquante-neuvième.— Jésus-Christ porlé au
tombeau. Tableau de la galerie du Muséum ; par Mi-
chel-Ange de Caravage.

Lorsque les Juifs eurent crucifié Jésus , un de ses
disciples cachés, Joseph, de la ville d'Arimathte,
homme opulent et jouissant parmi le peuple d'une
grande considération , lui rendit les derniers devoirs,,
après en avoir obtenu la permission de Pilale. Nico-
dême et les saintes femmes qui avaient suivi Jésus au
lieu de son supplice, se réunirent à Joseph. Un sépulcre
creusé dans le roc, et qui n'avait point encore servi,
reçut le corps du Christ, et l'entrée en fut scellée avec
une grosse pierre.

Tel est le. sujet représenté par le Caravage. Le champ
de la peinture est si vaste , cet art exige , dans ceux qui
le cultivent, la réunion d'un si grand nombre de qua-
lités diverses , qu'il suffit pour se faire un nom célèbre
de posséder quelqu'une de ces qualités à un degré émi-
Hent. Combien la critique n'aurait-elle pas à s'exercer
sur ce tableau ! que ne pourrait-on pas dire du peu de
noblesse des figures! de cette méthode vicieuse , adop-
tée par l'arlisie , de copier sans choix les modèles
que la nature lui présentait, et rie s'exposer ainsi à
blesser sans cesse les convenances !et cependant, avec
tous les défauts qu'on peut lui reprocher , ce lableau ,
le plus beau peut-être de tous ceux du Caravage , est
un chef-d'œuvre de l'art. Placé à Rome parmi les meil-
leures productions des grands-maîtres (*), il jouissait

(*) Il décorait l'autel d'une chapelle de l'église dite la Ciucsa:
3wi'a. La victoire nous en a procuré la possession,
loading ...