Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 131
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0200
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i3i )

flanche soixante - deuxième. — Saint - Georges et le
Dragon ; par Raphaël.

Ce saint reçut, dit-on, la couronne du martyre. Ou
n'a que peu de détails sur sa vie. Les peintres, d'après
une ancienne tradition , l'ont souvent représenté déli-
vrant une jeune fiiie d'un énorme dragon.

Parmi les tableaux qui retracent ce sujet, il faut dis-
tinguer celui dont on offre ici la gravure. Raphaël l'a
peint sur bois probablement dans le même temps qu'un
autre Saint-Georges et un Saint-Michel qui n'ont, de
même que celui-ci, qu'environ i5 pouces de hauteur (*).
Dans ces trois productions, Raphaël'a montré cette
grâce dont il offre presque toujours des modèles 5 il en
a soigné les détails ; mais il n'a pu se défendre de cette
sécheresse d'exécution qui tient à sa première manière.

Quelques auteurs prétendent que Raphaël peignit ce
tableau pour le roi d'Angleterre, Henri VIII; d'autres
•assurent qu'il fut peint pour le duc d'Urbin.Il est main-
tenant placé au Musée Napoléon.

Suite de la Notice sur Jouvenet.

Jouvenet peignit à fresque les douze Apôtres à la cou-
pole de l'église des Invalides, bâtie depuis peu d'aimées,
et à Versailles, l'Apparition du Saint-Esprit aux Apôtres,
au dessus de la tribune. Les auteurs contemporains
assurent que s'il n'eût pas eu pour émules la Fosse ,
Coypel et les Boullongnes, il aurait été nommé premier
peintre du roi. Sans déprécier les talens de ces artistes,

(*) Tous deux ont été gravés dans ce recueil. Voyez, pour le
Saint-Georges, la planche i5.e du III.e vol.; et pour le Sainl-Mi-
akel. la ij.e du IV.e volume.
loading ...