Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 132
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0201
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i3a-)

on peut croire que leur concurrence ne devait pas ravir
àJouvenet cette place honorable.

Pline parle d'un chevalier romain, nommé Turpilius,
qui peignait de la main gauche, et on sait que, parmi
les modernes , Mignard avait contracté cette habitude.
Un trait de la vie de Jouvenet a quelque chose de plus
surprenant. A l'âge de 69 ans, il devint paralytique du
côté droit, et entreprit de remplacer par sa main gauche
celle qui ne pouvait plus lui être utile. Il y parvint avec
tant de facilité qu'il peignit de cette main deux ouvrages
considérables: le plafond de la seconde chambre des
enquêtes du parlement de Rouen, et le Magnificat placé
dans le choeur de la cathédrale de Paris. Peu de temps
après avoir terminé ce dernier tableau , Jouvenet mou-
rut a l'âge de 73 ans. Il ne laissa que des filles. Restouf,
son élève et son neveu, a suivi sa manière.

Ainsi que le Sueur , Jouvenet ne vit jamais l'Italie.
On lui reproche un dessin lourd, et d'aVoir répandu
une teinte jaunâtre clans toutes ses carnations ; mais
la grandeur et l'originalité de ses conceptions, son éner-
gie , ses expressions fortes et vraies , et la fierté de sa
touche l'ont placé parmi les meilleurs maîtres de l'école
française. Il joignit à ses rares talens une franchise et
une probité qui lui concilièrent l'estime générale.
loading ...