Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 4.1803 [Cigognara Nr. 3401-4]

Seite: 136
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803/0207
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( iSé )

d'Hector , les Troyeus sont repousses en désordre Jus-
qu'au pied de leurs murailles. Hector rentre dans la
ville, pour engager sa mère Hécube à implorer Mi-
nerve , et pour reprocher à Paris sa fuite honteuse.
Parvenu au superbe, palais que ce prince a fait bâtir par
Jes plus habiles ouvriers de Troie (*), il pénètre jusqu'à
la chambre nuptiale , où il le trouve occupé à polir ses
armes. Près de luij Hélène, entourée de ses suivantes,
préside à leurs travaux. Indigné de la tranquillité de
son frère , Hector lui adresse de vifs reproches. Paris
veut s'excuser, et promet de retourner bientôt snr ses
pas, et de voler au combat. Hélène cherche à apaiser
Hector, et l'invite à prendre quelque repos. Mais Hec-
tor n'écoutant que la voix de l'honneur, résiste aux
instances d'Hélène. Mes compagnons m'attendent, lui
dit-il, je cours partager leurs périls , et je veux, avant
de retourner vers eux, embrasser mon épouse et mon
fils : qui sait si ces adieux ne seront pas les derniers !

Dans la narration d'Homère, il y a. plusieurs traits
que la peinture ne peut exprimer. L'artiste s'est habi-
lement emparé de ceux qui pouvaient contribuer à l'in-
térêt. Les accessoires de son tableau, riches et soignés,
conviennent au sujet. La scène est bien pensée;le dessin
correct ; le coloris vif et brillant. Ce tableau, exposé au
salon de l'an 10, obtint les suffrages du public.

(*) Ikw.de, Chant Vit
loading ...