Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 12
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0027
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Cette contrée. Joseph ^devant lequel ils se présentèrent s
leur ordonna d'amener avec eux Benjamin. Alors, ne
pouvant plus contenir son émotion , il fit sortir tous les
étrangers , et s'écria : « Je suis Joseph! mon père vit-il
« encore? » Voyant alors qu'ils se jetaient à ses pieds
et témoignaient de vives frayeurs , il ajouta : « Ne crai-
« guez point ;'si Dieu a permis que je sois venu, en
« Egypte avant vous, c'est qu'il a voulu que je vous
« conservasse l'existence. Retournez vers mon père et
« amenez-le ici avec toute notre famille. » Alors il em-
brassa tendrement Benjamin , ainsi que chacun de ses
autres frères, et de nouveau , il assura ceux-ci qu'il ne
conservait contre eux aucun ressentiment.

Jacob quitta la terre de Canaan, et vint s'établir au-
près de son fils Joseph, dans la province deG-essen,
après en avoir obtenu la permission du roi d'Egypte.

En 1790, l'académie de peinture proposa aux élèves ,
pour su jet du grand prix, l'instant où Joseph se fait recon-
naître à ses frères. Les suffrages se réunirent sur le ta-
bleau dont on offre ici la gravure. Cet ouvrage, com-
posé avec intérêt, d'un bon goût de dessin, d'une cou-
leur brillante, et dont les draperies et les accessoires
sont du meilleur style, commença la réputation de l'ar-
tiste; il l'a depuis augmentée par plusieurs productions
citées avec éloge.
loading ...