Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 13
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0029
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i.3 )

Planche troisième. •— Le Christ descendu de la croix.
. Tableau de la galerie du Muséum, par "Vandjck.

Si ce tableau était moins soigné, on pourrait, en rai-
son de son peu d'étendue,lui donner le nom d'esquisse;
niais, quoique les figures aient tout au plus un pied de
proportion , il peut être mis en parallèle avec les meil-
leurs ouvrages de Vandjck. On reconnaît ici ce grand
peintre, à la finesse et à la vérité de son coloris , à la
manière simple dont les affections de l'aine sont expri-
mées, et à la facilité du pinceau. Aucun artiste n'a sur»
passé "Vandjck dans cette partie de l'art qui fait valoir
toutes les autres , et qui, cachant le travail et la peine ,
n'en montre que le résultat.

Les couleurs des draperies sont choisies de manière à
contribuer au bel effet de l'ensemble. Le corps du
Christ, enveloppé en partie d'une draperie blanche, se
détache sur le man<eau bleu el sur le voile de la Vierge.* -
Ce voile est noir, ainsi que la draperie du premier ange;
mais l'artiste a su en varier .les teintes et donner à celte
draperie un ton beaucoup plus vigoureux. L'ange quî
joint les mains est vêtu d'une étoffe rouge qui brille sans
dureté sur un fond de nuages. Les accessoires ne sont
pas moins bien entendus. Ils sont peints avec une cha-
leur qui correspond au ton général des figures.

Ce tableau ou si l'on veut cette esquisse faisait partie
àu cabinet du roi, à Versailles.

Suite de la Notice sur Léonard de Vinci.

Ses parens le placèrent clans l'école d'André Ver»,
lochio. S'il faut en croire les historiens , il peignit,
«Sans un des tableaux de son maître, un ange cl'unst-
5. . St.
loading ...