Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 14
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0030
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C i,4 )

telle beau lé que Verrochio, honteux de se voir surpassé
par son élève , renonça dès cet instant à la pratique de
èon art. ' /

Louis Sforce , duc de Milan, appela auprès de lui
Léonard dont la réputation s'était étendue dans toute
l'Italie, et le mit à la têie de l'académie de peinture
qu'il venait d'établir dans sa capitale. Ce fut alors que
l'artiste peignit le plus célèbre de ses tableaux. Il exé-
cuta à fresque , dans le réfectoire des Dominicains, une
Cène qui, pour la beauté et la variété des airs de tête,
ainsi que pour la vérité des expressions , sera toujours
regardée comme un chef-d'œuvre. Ce tableau est aussi
soigné dans toutes ses parties que les autres ouvrages
de ce peintre. La tête seule du Christ n'est pas entière-
ment terminée. Léonard désespéra , dit-on, d'expri-
mer l'idée qu'il en avait conçue. Des artistes célèbres
ont emplojé le pinceau, le crayon et le burin à mul-
tiplier celte admirable productionJLeur travail est d'au-
tant plus précieux que l'original est déjà beaucoup en-
dommagé par le temps et par l'humidilé, et qu'il est
menacé d'une destruction complète.

Léonard de "Vinci retourna à Florence , et y peignit,
en concurrence avec Michel-Ange , dans la salle du
conseil. Là rivalité de ces deux artistes célèbres prouve
que la jalousie n'est pas le partage de la seule médio-
crité, et que, souâ le beau nom d'émulation, elle peut
quelquefois s'emparer des hommes de génie. Ils eurent
entre eu.\ des discussions très-animées dont Raphaël,
moins âgé qu'eux, lira souvent de grandes lumières
pour ia pratique de son art.

La Jin de la Notice à la Planche 4,
loading ...