Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 15
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0032
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( io )

Planche quatrième.-r— Uranie assise ; statua antique-
de la galerie du Muséum.

La muse de l'aslronomîe est caractérisée par le globe
et la baguette , symboles de cette science. Sa tunique
sans manches , et son manteau qui ne couvre que la
partie inférieure de son corps, sont drapés avec beau-
coup de grâce. Les deux plumes, enforme d'aigrette j
placées sur sa tête, rappellent un trait de la Mytholo-
gie ,rapporté par Pausanias. Les Sirènes,dit cet auteur,
osèrént disputer aux Muses le prix du chant ; mais ces
déesses les vainquirent et arrachèrent les plumes de
leurs ailes, dont elles se firent des couronnes.

Cette statue, de proportion demi-nature, est en mar-
bre de Paros. Le travail en est très-délicat. On la trou-
va , en i 774, près de Tivoli, dans le lieu où était autre-
fois la maison de campagne de Cassîus. Quoique la tête,
qui est en marbre pentélique , ait été rapportée , elle
est antique , et a toujours passé pour être celle d'une
Muse, au jugement des antiquaires.

Fin de la Notice sur Léonard de Vinci.

A l'exaltation de Léon 5£ sur la chaire pontificale,
Léonard vint à Rome avec le duc Julien de Médicis.
De nouvelles querelles s'élevèrent entre lui et Michel-
Ange, et Léonard prit le parti de s'attacher au roi
François premier. Depuis longtemps ce prince , ami
des arts , l'engageait , par de brillantes promesses , à
se fixer en France. L'artiste enfin se décida, mais ii'
ne put répondre entièrement aux bontés du monarque»
Sou grand âge et des infirmités ne lui permirent pas de>
loading ...