Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 16
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0033
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i6 )

se livrer au travail. [François premier étant venu un jour
le visiter, lorsqu'une maladie le retenait au lit,sensible
à l'honneur qu'il recevait, Léonard essaya de se lever
pour en témoigner sa reconnaissance ; mais alors il'
éprouva une foiblesse, et expira dans les bras du roi. Il
était âgé de 'jS ans.

Léonard cultiva non-seulement la peinture, mais en-
core la musique, la géométrie et l'optique. Il possédait
l'anatomie , et il étudia particulièrement celle des che-
vaux. Il se distingua aussi dans l'architecture. On lui
doit le canal qui. amène à Milan les eaux de l'Adda.
Jusqu'à lui, l'exécution de cette entreprise avait passé
pour impossible. Il sculpta quelques statues , et fondit
d'un seul jet une statue équestre d'une si grande di-
mension, qu'au rapport de Vasari, auteur contempo-
rain , on ne put la déplacer. San Traité de peinture
■a toujours joui d'une grande réputation. Le Poussin
orna une édition de ce livre par des figures pour l'expli-
cation du texte.

Léonard de Vinci ne dut pas moins à la nature qu'à
l'éducation. Il était d'une grande taille , d'une belle
ligure et d'une force prodigieuse. Sa conversation était
aimable et spirituelle ; enfin , la bonté de son cœur et
l'élévation de ses sentimens lui concilièrent l'estime
des personnages les plus distingués de son temps.
loading ...