Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 20
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0039
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 20 )

artistes. Le désir de se perfectionner le conduisit à
Rome. Il résolut de choisir les ouvrages de l'un des
plus grands maîtres pour objet particulier de ses études»
Son choix tomba sur Annibal Carracbe , et il se péné-
tra des beautés de ce célèbre artiste, dont il saisit si
bien la manière, que les arlisles italiens en étaient éton-
nés. De retour dans sa patrie, il y tint un rang distin-
gué , malgré le grand nombre d'excellens artistes qui y
florissaient alors. On le chargea d'entreprises consi-
dérables. Son assiduité au travail multiplia ses produc-
tions. Elles sont répandues dans les principales villes
des Pays-Bas. Il épousa une dame d'une famille consi-
dérée , nommée Marie de Tollenaè're^ et en eut deux
enfans. Toujours épris de son art, Van-Oost le cultiva
jusqu'à sa mort, arrivée, en 16^1. Il eut un frère qui em-
brassa la vie monastique et peignit aussi avec succès.

Jacques Van-Oost, son fils, fut un peintre distinguée
Le fils de celui-ci exerça aussi la peinture, mais il n'eut
ni les talens ni la célébrité de son père et de son aïeub
loading ...