Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 22
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0042
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C « ) 1

k cet ouvrage , c'est qu'il est d'un fini trop recher-
ché II semble que l'artiste, par le soin qu'il a pris cle
fondre ses teintes et de terminer les plus petits dé-
tails , ait voulu rivaliser les peintres en miniature.
De là celle froideur répandue sur tout le tableau ,
ces carnations qui manquent de fraîcheur et ressem-
blent à de Pivoire. Le fond n'a pas cette liberté de
touche qui convient au paysage et à l'architecture \
mais il est harmonieux. La couleur du ciel annonce
que le soleil vient de descendre sous l'horizon , ce
qui ajoute à l'intérêt qu'inspirent les fugitifs, placés
à l'entrée de la nuit, dans un si le déserf,.

Les figures de ce tableau ont environ un pied de pro-
portion.

Notice sur Trander-T'FerJ';

Ce peintre naquit, en 1.85.9, dans un bourg près,
de Rolerdam. 11 entra, dès l'âgé de 9 ans, dans
]'école d'un peintre peu connu ; contrarié ensuite
dans ses goûts par ses parons qui lui destinaient un
autre état , il n'obtint qu'avec peine de recevoir les
leçons d'Eglojj Vander-Meer. Une circonstance heu-
reuse retira Vander-Werf de l'obscurité et fit sa
foi lune. L'électeur palatin voyageait incognito en,
Hollande ; il fut si satisfait d'un des tableaux de cet'
artiste, qu'il en fit l'acquisition j et accorda à son au-
teur la noblesse avec une pension de 4,000 florins,
qui fut dans la suile portée à 6,000. Vander-Werf se
montra digue , par sa reconnaissance, d,es bienfaits,
île sou protecteur,

La fin de la Notice à la Planche 8\
loading ...