Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 41
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0071
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
i 4t }

Planche dix-septième. — La Descente de Croix. Tableau
de Daniel de "Vollerre : figures de grandeur natu-
relle.

Ce tableau, peint à fresque, est à Rome, dans l'église
cle la Trinité du Mont. La princesse des Ursins qui y
possédait une chapelle , chargea Daniel de Vollerre de
l'orner de peintures. La manière dont il s'acquitta de ce
travail Je plaça au rang des pl US ^l't" nds maîtres. Ces
tableaux ont rapport au mystère de la Croix , et offrent
de grandes beautés: celui-ci leur est infiniment supé-
rieur. On a prétendu que Michel-Ange en avait donné
à Daniel de Vollerre la composition et le trait ; mais
cette anecdote n'est fondée que sur des rapports vagues
auxquels on ne doit guères ajouter foi;

Cette Descente de croix passait pour un des trois plus
beaux tableaux d'autel qui fussent à Borne, lorsque
cette ville possédait la Transfiguration de Raphaël et
la Communion de S. Jérôme du Dominiquin, qui or-
nent maintenant le Musée Napoléon;

Le désir de mettre le public à portée de comparer
entre eux ces trois chef-d'œuvres , a engagé l'éditeur à
faire dessiner et graver la Descente de croix, ainsi
qu'on l'avait promis aux Souscripteurs.

Le dessin de ce tableau unit la noblesse des formes
antiques à la fierté de l'école florentine. Il offre des
expressions vraies et pathétiques ; celle de la Vierge ,
anéantie par la douleur , va jusqu'au sublime.

C'est surtout par les beautés de la composition, du
dessin et de l'expression, que ce tableau mérile sa
grande célébrité. Le Coloris n'en est point séduisant*
Les carnations des hommes sont d'un rouge de bri-

é * ■ $
loading ...