Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 43
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0074
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 43 )

Planche dix-huitième. ■— Château de Madrid, autrefois .
situé dans le Bois de Boulogne.

Cet édifice, bâti vers le milieu du seizième siècle par
François premier, qui l'appela Madrid pour lui rap-
peler son séjour en Espagne, ou plutôt le plaisir que
lui causait son retour en France , était un monument
remarquable de la renaissance des arts ; il participait
au style alors dominant en Italie , et qui nous fut
apporté par les hommes célèbres de ce pays que
[François premier fit venir à sa cour. On y reconnaît
le goût des Primatice , des Serlio , des Vignoles et au-
1res, dans ces galeries à jour, composées d'arcs sui-
des colonnes rendues aux proportions des ordres ro-
mains , mais dont l'idée est puisée dans l'architecture
lombarde et mauresque employée avec tant d'effet par
les Vénitiens. ^_ .

On reconnaît aussi dans l'architecture de ce château
l'inclination que les Français ont toujours eue pour
îe mouvement et la subdivision des masses 5 ces coupes
lisses qui montent de fond et interrompent la commu-
nication des portiques, en formant quatre espèces de'
tours carrées ou de pavillons , semblent faire trois
petites façades réunies , au lieu d'une seule grands
ligne , ainsi que l'ont habituellement préféré les Ita-
liens.

Les artistes ont vu avec regret la destruction de ce
château , où l'on trouvait tant de jolis détails de scul-
pture dans les frises , les plafonds , les corniches_
On se rappellera que plusieurs ornemens, même au
dehors, étaient exécutés en terre cuite émaillée de
loading ...