Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 50
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0084
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 5o )

mais elles ne manquent pas de fraîcheur. Il y a peil
tle remarques à faire sur la composition. L'idée, de
faire écraser la tête du serpent par la Vierge et par
son fils, rappelle un passage de la Genèse, et fait
honneur à l'artiste qui le premier l'a employée, mais
elle était connue longtemps avant l'époque où Fran-
çois Franck a vécu.

Ce peintre naquit à Anvers, en i58o. Son père,
François'Franck , dit le vieux, cultivait la peinture
avec succès. Le jeune Franck reçut de lui les pre-
mières leçons de cet art, et travailla dans sa ma-
nière, en grand et an petit. Il voyagea en Italie et
se fixa plus particulièrement à Venise , où les ou-
vrages des' grands coloristes devinrent l'objet de ses
éludes. Son goût fut d'abord pour les sujets de ca-
price, et il se plut à retracer, sur la loile, les folies
du carnaval 5 mais , dans la suite, il s'adonna uni-
quement au genre noble de l'histoire. Revenu dans
sa patrie, Franck y fit un grand nombre de tableaux ;
celui qui établit sa réputation d'une manière solide
fut placé dads l'église de Wotre-Lame d'Anvers, à
la chapelle des quatre couronnés. Le siijet en est
iiré des Actes des Apôtres. Cet "artiste a puisé la
plupart de ses sujets , dans l'ancien et le nou-
veau Testament , et dans l'Histoire romaine. Il fut
admis , en i6o,5 , parmi les peintres'de la ville d'An-'
vers, et mourut clans cette ville, en i6|2.
loading ...