Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 61
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0101
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 6i )

Planche vingt-septième. — Monument élevé sur la place
Thionville {ci-devant Dauphine}, au général Desaix.

Ce moHument, élevé par la reconnaissance et l'admi-
ration, rappelle un héros qui sut unir les vertus du sage
aux talens du guerrier. Né dans la classe de la noblesse,
Desaix, dès le commencement de la révolution, em-
brassa la eause de son pays , avec la loyauté qui dirigea
toujours ses actions \ et les persécutions qu'il essuya, à
use époque désastreuse , n'eurent pas le pouvoir de
changer ses sentimens. Dans tous les grades où il passa
successivement, il jouit du respect et de la confiance
des soldats. Nommégénéral en chef de l'armée du Rhinr
il arrêta les progrès de l'ennemi, en l'obligeaiît à perdre
un temps précieux devant une simple forteresse (*)•
C'est ainsi qu'il mérita de partager la gloire de l'armée
d'Italie, dont sa résistance héroïque rendit les progrès
plus faciles. A peine une armistice eut-elle été conclue
que Desaix visita les lieux où cette armée avait opéré
tant de prodiges. Il voulait à la fois étudier l'art mili-
taire, et rendre hommage au génie. Depuis cette époque
il suivit la fortune de Bonaparte. Lors de l'expédition
d'Egypte, Desaix fut choisi un des premiers pour con-
tribuer à son succès. On sait comment il répondit à la
eoufiance d'un héros.Les Mameloucks furent repoussés
jusque dans les déserts qui confinent à la Haute Egypte,
et le plus brave de leurs chefs, Mourad-Bey, mit toute
sa gloire à éviter Desaix. Dans ces contrées où il fallait

(*) Kelh, Tis-à-vis Strasbourg, de l'autre »ât4 du Rhin.

S. ï'4;
loading ...