Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 62
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0102
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 62 )

tout créer, le vainqueur organisa une administration
douce et sage. Le nom de sultan juste qui lui fut décerné
paroles peuples soumis, malgré les préventions natio-
nales , attestera toujours avec quel ménagement il usa
des droits de la victoire.

Desaix revenait en Europe, d'après un traité solennel,
Itfrsque l'amiral Kéîth s'empara du bâtiment qui le por-
tait. Dans ce moment pénible pour une ame fière, le gé-
néral français conserva toute sa dignité; le peu de pa-
roles qu'il adressa à l'ennemi qu'il n'avait pu combattre
furent des reproches d'avoir violé la loi jurée.

Cependant le premier consul méditait alors cette cam-
pagne que peul-être la postérité regardera comme fabu-
leuse. Il appela près de lui son ami ridelle. A peine
arrivé près de la plaine de Marengo,Desaix commande
une division de l'armée; on en vient aux mains sur toute
la ligne : /gaiement éprouvés par dix ans de combats?
les Français et les Autrichiens font des prodiges de va-
leur.Un instant, l'armée de la républiquea du désavan-
tage. Le premier consul voit tout, répare tout. Desaix
est un de ceux sur lesquels il a le plus compté, pour fixer
le sort de la bataille dans cette journée décisive. Une
attaque impétueuse et soudaine , opérée par Desaix, à
la téte de ses braves, arrache la victoire à l'ennemi;
mais Desaix ne partagera point les honneurs du triom-
phe. Frappé d'un coup mortel, il expire, et ses dernières
paroles peignent les sentimens qui l'ont toujours animé.
« Allez, dit-il au fils du consul Le Brun, allez dire au
« premier consul que je meurs avec le regret de n'avoir
« pas assez vécu pour ma patrie et la postérité (*). »

(*) M. Rpgnault a fait un tableau représentant la mort de Desaix-
Qn en donnera le trait dans cette collection.
loading ...