Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 65
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0107
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 65 )

Planche vingt-neuvième. — La Pierg.t, VEnfant-Jésus
et SJe Marguerite. Tableau de la paierie du Muséum ;
par le Parmesan.

La Vierge assise présente l'Enfant - Jésus à sainte
Marguerite, désignée par le dragon dont on aperçoit
la têle. Cette sainte est à genoux : son attitude, son
regard, tout en elle exprime la tendresse et le respect»
On voit, près de la "Vierge S. Benoît abbé : un Angs
et S. Jérôme, tenant un Crucifix, sont de l'autre côté
du tableau.

Quelque vicieux que soit ce rapprochement de per-
sonnages , qui ont vécu à des époques différentes;
l'idée de placer, dans une même composition, Jésus
enfant et un crucifix, est encore plus repréhensible.

La figure de. sainte Marguerite et celle ne l'Enfant
sont les seules qui aient de l'expression. La Vierge
détourne la tête d'une façon presque dédaigneuse. A
l'exception du clair obscur 5 large, et bien entendu tout
ce qui tient au coloris est médiocre; le ciel, dont les
teintes ont sans doute été altérées par le temps, est
presque aussi vert que l'arbre placé derrière la Vierge:
ee ton vert se mêle plus ou moins à ceux des drape-
ries. La Vierge a une espèce de gaze jaune sur son
vêtement, d'un vert foncé; sa robe, dont on aperçoit
que l'extrémité inférieure, est de couleur de pourpre.
L'Enfant n'a qu'un linge autour du corps. La tunique
de sainte Marguerite est vene, et son manteau d'un
jaune doré : nn bout de fourrure blanche descend de
son épaule sur son bras. La draperie de S. Jérôme est
rouge : celle de S. Benoît et sa mitre sont enrichies
5. . iS
loading ...