Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 71
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0116
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 71 )

Plancha trente-deuxième. — Madame de Chantai recevant
de S. François de Sales l'Institut de son ordre. Tableau
de Suvée,, figures de grandeur naturelle.

Jeanne - Françoise Frémiot de Chantai naquit à
Dijon , en : 572 , d'une famille distinguée dans la ma-
gistrature. Ses parens lui firent épouser le baron de
Chanlal , aîné de celle maison; elle n'avait que 28 ans
lorsqu'elle perdit son époux , tué par accident à la
chasse : alors elle fît vœu de ne se point remarier 5
et, se consacrant aux exercices de piélé, elle ne pensa
plus qu'à élever ses enfans et soulager les infortunés.
En 1604, elle eut occasion de connaître S. François de
Sales, el se mit sous sa direction.Lorsqu'illuifitpartde
son projet d'établir l'ordre de la Visitation, elle entra
dans ses vues et jetta les fondemens de cet ordre à
Auneci en i6ro. Elle s'occupa d'augmenter le nombre
de ces monastères jusqu'au moment de sa mort, arrivée
en 1641. Le pape Benoît XIV la béalifia en ijSi, et ,
en 1767, elle fut canonisée par Clément XIII.

M. Suvée , membre de l'ancienne académie de pein-
ture, et directeur actuel de l'école française des beaux-
arls à Rome, a représenté le moment où S. François
de Sales bénit madame de Chantai, après lui avoir
donné l'institut de l'ordre qu'elle a fondé. Ce tableau
est correctement dessiné : la couleur en est vraie, et
la simplicité de la composition convient parfaitement
au sujet.Il fut d'abord placé à l'autel d'une chapelle dans
l'église de Saiut-André-des-Arcs, à Paris. On le voit
maintenant au Musée de Versailles.
loading ...