Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 73
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0119
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( ?3 )

Planche trente-troisième. — Sainte-Cécile, S. Paul, la
Madeleine, S. Jean et S. Augustin. Tableau de la
galerie du Muséum; par Raphaël.

Raphaël a su donner de l'intérêt à cette composition
qui, par la bizarrerie de son ensemble, semblait ne
pouvoir offrir que de la froideur. Obligé de réunir,
dans un même tableau, des personnages qui n'ont
pas été contemporains, il a trouvé le moyen de les
présenter sous un aspect historique. ■

Les Gloires, dans la plupart des tableaux de dévo-
tion, ne sont que des accessoires plus ou moins
inutiles , celle-ci est une partie importante du sujet.
Sainte Cécile entend un concert d'anges, elle lève
les yeux au ciel, et ses instrumens échappent de'
ses mains. L'attention des autres personnages est gra-
duée selon leur âge et leur caractère ; mais aucun
d'eux n'exprime une émotion aussi vive que celle
de la sainte.

Ce tableau est mis au rang des chef-d'œuvres de
Raphaël. Si les carnations sont un peu rouges, si
les contours ont quelque sécheresse , que de beautés
rachètent ces défauts'.Les anges ont des formes célestes
et aériennes, et les couleurs fuyantes et lumineuses
de leurs vêtemens , semblent participer les unes
des autres. Sainte Cécile a une robe à fond d'or,
sur laquelle se dessinent des fleurs bleues. La bande
d'étoffe placée sur son sein est brune et ornée de
pierreries. Ses manches sont d'une gaze légère et
transparente , au travers de laquelle l'œil découvre
ses formes gracieuses. Cette gaze paraît encore au bas
de sa robe, et, en tombant sur ses pieds , laisse
5. 17
loading ...