Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 79
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0128
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche trente-sixième. — Projet d'un arc de triomphe;
par Pamin.

La composition présentée sur la planche 36.", et qui
a obtenu le prix dans un concours public , est remar-
quable par la pureté du style , son caractère puisé
dans les productions de l'architecture antique , sa
richesse et son effet pyramidal.

On pourrait donner à ce monument, pour le désigner
avec précision , le nom de portique triomphal, car c'est
plus qu'un arc de triomphe, puisqu'il a trois arcs d'une
égale dimension , et que les arcs antiques les plus
somptueux n'ont communément qu'un grand arc pour
le passage du triomphateur, et deux plus petits pour
le cortège et pour le peuple qui les accompagnait en
foule.

Cette magnificence et cette légèreté réunies dans le
monument ici présenté , seraient très-convenables à
reproduire dans l'une de ces fêtes où l'art fait revivre,
avec la promptitude qu'exigent les circonstances , des
amphithéâtres , des temples , des portiques que les an-
ciens consacraient à la postérité par les matières les plus
durables. Chez eux, la solidité des masses faisait partie
de ce caractère immuable qu'ils imprimaient surtout à
leur architecture ; tandis que l'élégance et la légèreté
semblent suffire à la fragilité des nôtres , et peindre à
la fois l'inconstance souvent reprochée aux Français.

Qu'importe en effet qu'un monument soit léger et
délicat, même à l'excès, s'il ne doit pas durer long-
temps ; il lui suffit d'avoir conquis les suffrages par la
hardiesse de la pensée ou par la fraîcheur de son exé-
cution, bientôt on n'en parlera plus , et quelque autre
loading ...