Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 80
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0129
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 8o )

enfant delà mode viendra le dépouiller de sa gloire,
pour se la voir aussi ravir à son tour; mais ce n'est
pas ainsi que les Romains nous ont transmis des monu-
mens et des leçons, leurs fêtes étaient plus brillantes
que les nôtres, et ils en éternisaient la pompe par des
édifices encore debout après deux mille ans d'existence ;
ils ne sont pas toujours légers, ils sont toujours du-
rables, et, d'accord avec les récits de l'histoire, ils nous
forcent à l'admiration pour un peuple non moins grand
par les monumens des arts que par les exploits de ses
armes.

Ce n'est point aux artistes que l'on doit reprocher
celte tendance à la futilité, ils s'efforcent au contraire
de puiser, à la source du beau, ces grands traits caracté-
ristiques qui pourraient le fixer parmi nous , si , comme
chez les anciens , une partie des produits de la victoire
était consacrée à l'éreclion d'un arc de triomphe, d'une
nature colossale , ou de tout autre monument.

Dans celui-ci, le style consacré par les Romains est
parfaitement saisi, les détails bien choisis et appliqués
avec goût et convenance. Nul doute que s'il était trans-
mis au marbre par l'exécution , il n'illustrât le siècle
qui le verrait ériger à la gloire de ses héros, et qu'il ne
fût possible de lui rendre alors un peu de cette solidité
des masses qui brave les efforts du temps et qui semble
lui dire : « Ici, ta part est faite ; tu peux longtemps mu-
te tiler, détruire, miner et ronger les surfaces, mais tu
« briseras plus d'une faux, et tu n'atteindras pas à ce
« noyau si ferme et si bien acotté : les siècles passeront
« devant lui avec respect, et, loin de les augmenter, ils
« s'empresseront de réparer tes outrages. »

L. G.
loading ...