Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 91
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0146
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 9* )

Planche quarante-deuxième. ■—Les Panathénées ; frag-
ment de bas - relief antique de la galerie du Mu-
séum.

Les Panathénées ou grandes fêtes de Minerve furent
d'abord instituées parErichtonius, sous le nom d:'Athé-
nées. Dans la suite,Thésée y fit participer tons les peu-
ples de l'Attique, et leur donna le nom de Panathénées,
Elles furent divisées en grandes et en petites. Celles-ci
étaient annuelles ; les autres avaient lieu tous les cinq
ans. Chaque ville de l'Attique et même chaque colonie
athénienne regardait comme un devoir sacré d'assister
à ces fêtes, ou d'y envoyer une députation, chargée
d'offrir un bœuf à Minerve. On y distribuait trois sortes
de prix, ceux de la course , de la lutte et enfin ceux de
la poésie et de la musique. Le prix de ce dernier com-
hat était une couronne d'olivier et une certaine quan-
tité de cette huile excellente que fournissait l'Attique.
Ces exercices étaient suivis de festins publics et de sa-
crifices qui terminaient la fête.

Ces cérémonies étaient communes auxgrandes et aux
petilesPanathénées ;mais ce n'était que dans les grandes
qu'on portait processionnellement un navire orné du
voile ou peplwn de la déesse. Les Athéniens, de tout
âge et de tout sexe, accompagnaient la marche en tenant
à la main une branche d'olivier.

Le beau fragment dont on donne ici le trait faisait
partie de la frise extérieure du temple de Minerve, à
Athènes, dit le Parthénon. Il représente de jeunes
Athéniennes à qui les ordonnateurs de la fêle remettent
les ustensiles du culte, qu'elles doivent porter pendaut
k marche.
loading ...