Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 101
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0161
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
c m )

l'ianche quarante-septième. — La Purification de la
Vierge. Tableau de la galerie du Muséum ; par
Sébastien Bourdon.

Saint Luc est le seul des quatre évangélistes qui rap»
porte le fait représenté dans ce tableau. Lorsque le
temps de la purification de Marie fut accompli, elle
vint à Jérusalem avec S. Joseph , pour présenter l'en-
fant au seigneur , selon la loi de Mojse , et pour offrir
le sacrifice prescrit. Cetle offrande était, pour les in-
digens , deux tourterelles ou deux petites colombes.
Un homme juste et craignant Dieu, nommé Siméonj
vivait alors dans la capitale de la Judée.Le Saint-Esprit
lui avait révélé qu'il verrait, ayant de mourir, le Christ
du Seigneur. Aussitôt qu'il aperçut l'enfant, il le prit
entre ses bras, et récita le cantique que l'église a con-
servé : Nunc dimittis, etcv

Si l'on voulait exercer une critique rigoureuse sur le
tableau de Bourdon , on observerait que ce peintre
s'est écarté de son sujet ; mais il y aurait une sorte
d'injustice à lui reprocher des fautes contre le cos-
tume, que la plupart des peintres ont commises. On
ne sait si Bourdon a négligé mal-à-propos d'intro-
duire S. Joseph dans sa composition , ou si c'est lui
qu'il a voulu représenter sous la figure de ce vieillard
qui tient un livre ouvert. Rien, dans le lieu de la
scène , ne caractérise le temple de Jérusalem. Sur le
devant, on voit une jeune femme et un enfant ; ils ont
près d'eux une brebis qui peut désigner l'offrande
des riches ; mais ces deux figures ne prennent au-
cune part à l'action, et ne semblent placées là que
5. 24
loading ...