Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 105
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0167
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( ioS j

Planche quarante-neuvième. — Débarquement de Marie
de Médicis, au port de Marseille. Tableau de la
galerie du Luxembourg ; par Rubens.

Marie de Médicis fut reçue à Marseille \ le 3
novembre de l'an 1600 , par les principaux seigneurs
du

royaume que Henri IV avait envoyés au devant
d'elle. Rubens a rendu poétiquement ce fait historique.

La reine, vêtue d'une robe de satin blanc, enrichie
de fleurs d'or et de pierreries , descend de sa galère ,
èt s'avance sur un pont de bateaux, recouvert d'un,
tapis cramoisi. Près d'elle , sont les dames de sa cour.
Celle qu'on voit à sa gauche a un vêtement de soie
ïioire. Rubens a choisi cette couleur pour faire ressortir-
la figure principale qui se détache sur un ciel de teintes
douces et fuyantes. Laïrance, caractérisée par son.
sceptre, son casque brillant, et son manteau bleu semé
de fleurs-de-lys, se penche affectueusement vers la
reine. Près d'elle, on voit la ville de Marseille , couron-
née de tours, partager l'empressement de la France.
Comme le clergé de la ville alla au devant de Marie
de Médicis , Rubens a introduit, dans ce tableau, deux
ecclésiastiques qui soutiennent un dais de satin blanc.
On voit, sur la galère , un chevalier de Malte, portant,
sur sa poitrine la décoration de l'ordre 5 près de lui, sont
des forçats et des joueurs d'instrumens. La galère est
ornée avec la plus grande magnificence ; les figures
sculptées sont en or ; au haut du cabinet pratiqué à la
poupe et décoré d'une draperie rouge, sont les armes
des Médicis, près desquelles flotte un drapeau blanc.

Sur le devant du tableau, les divinités de la mer fa-
vorisent l'arrivée de la princesse. Neptune , armé des
loading ...