Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 126
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0198
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( "6 )

îi^înclïnation qu'il témoignait pour la peinture engagea
ses parens à le placer dans l'école d'André Sacclii, dont
il devint le meilleur élève. Parmi les grands maîtres dont
il étudia les ouvrages , il donna toujours la préférence
à Raphaël ; sou admiration pour ce maître était une
espèce de culte. Chargé de retoucher les peintures de
l'histoire de Psyché (*) , il ne voulut employer que le
pasteljafin, disait-il, que quelque artiste, plus digne
que moi d'associer son pinceau à celui de Raphaël,
puisse effacer mon travail et y substituer le sien.

Carie Maratfe fut fréquemment employé par les sou-
verains pontifes sous lesquels il vécut. Clément XI l'ho-
nora de l'ordre de Christ, et lui donna une pension. Cet
artiste estimable perdit la vue, peu de temps avant sa
mort , arrivée en 1713. Il avait alors 89 ans. Sa fille
unique hérita de sa fortune qui se montait à plus de
4o,oooécus romains (**). Ses élèves furent nombreux,
mais aucun d'eux n'atteignit au talent ni à la réputation
de ce maître.

(*) Ces fresques sont à Rome, au palais appelé la .Earnésine.-
Raphaël ; aidé de ses élèves , les exécuta pour Augustin Chigi.
(**) Plus de 200,000 francs.
loading ...