Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 127
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0200
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche soixa?itième. — Elévation du fond de ta cour
Vécole de médecine, où Von voit le portique à six
colonnes qui décore l'entrée de l'amphithéâtre de dé-
monstration.

Ce portique offre dans l'exécution l'aspect le plus
lïoble et le plus séduisant ; à la fois sévère et gra-
cieux , élégant et mâle, riche et d'une grande sim-
plicité , il doit tous ces avantages à l'harmonie des
proportions, à la précision de l'exécution, et an bon
esprit qu'a eu l'auteur de suivre exactement le système
des anciens dans l'espacement serré des colonnes qui
constitue la beauté de leurs péristyles.-

C'est dans ce retour aux principes immuables des
Grecs, au milieu de tous les écarts vicieux dont nos
architectes célèbres faisaient gloire, et qu'ils déco-
raient du nom de génie , que consiste le véritable
mérite de ce péristile, supérieur, sans contredit j à
tous ceux de la capitale, sans en excepter même le
célèbre péristile du Louvre.

Ici les colonnes posent sur quelques marches éle-
vées au dessus du sol de. la cour, et ne sont point
anéanties par un soubassement d'une hauteur exces-
sive. La masse de l'entablement et du fronton qui
les couronnent est dans un juste rapport avec elles,
et ne présente pas , comme au portail de Sainte Ge-
neviève , un poids énorme qui fatigue l'œil, et le
blesse d'autant plus que les colonnes, trop espacées,
devieunent par là d'une maigreur insupportable.

Ici, au contraire , les colonnes étant serrées, on voit
qu'elles supportent sans peine l'élégant couronnement
de ce temple d'Esculape, temple véritablement digue
loading ...