Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 128
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0201
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( Î2.8 j

de ce dieu, et qu'on pourrait croire apporté des îlëâ
de la Grèce , pour la guérison des Français, tour-
mentés jusqu'alors-du désir insensé de corriger les
anciens 3 avant de les avoir suffisamment étudiés.

Le sujet du bas-relief qui décore le timpan du
fronton représente la Théorie et la Pratique qui se
donnent la main et jurent, sur l'autel d'Esculape ,
de demeurer unies pour le soulagement de l'huma-
nité souffrante.

Les médaillons des plus célèbres chirurgiens fran-
çais se voyent sur le mur du fond de ce périsiiïe,
dans la partie la plus élevée , et sont èntourés de
guirlandes de chêne dont le volume et le relief, un
peu trop forts , nuisent un peu à l'effet de la sculpture
des chapiteaux des colonnes, qui se détacheraient
mieux sur un fond plus tranquille.

Au surplus, ce très-léger défaut disparaît lorsque
ce péristile est frappé par les rayons du soleil, car
alors celte richesse se trouve dans la masse dJombres
et le jeu des colonnes acquiert toute sa valeur, elles,
brillent de tout l'éclat de leur beauté, et l'on croi-
rait que l'astre bienfaisant du jour se plaît à colorer
de ses feux le temple de son fils.

h, G.
loading ...