Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 133
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0209
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( s3S )

Planche soixante-troisième.— Un Phare ; par Normand»

Ce monument est destiné à faciliter l'entrée et la
sortie des vaisseaux, aux approches d'un port de mer,
au moyen des feux que l'on a soin d'entretenir la nuit à
son sommet. Les habitans du port peuvent aussi, en
plaçant des sentinelles sur les galeries pratiquées à diffé-
rens degrés d'élévation, signaler les vaisseaux en mer, à
des distances très-éloignées , en se servant de bonnes
lunettes, et par des signaux convenus , préparer la dé'*,
fense jugée nécessaire , ou les honneurs destinés aux
ambassadeurs et aux chefs puissans que leurs pavillons
font reconnaître.

Les divers soubassemens sur lesquels s'appuye la co-*
lonne rosfrale qui forme le corps du phare , proprement
dit, peuvent contenir des magasins spacieux, des corps
de garde, des salles d'assemblée et de conseil, des esca-
liers intérieurs et extérieurs, et toutes les facilités con-
venables pour opposer à l'ennemi une vigoureuse et
longue résistance , ou pour présenter, dans les jours de
fêtes , une illumination prompte et pittoresque.

La plus grande solidité doit caractériser ce genre de
monument, que tous les élémens et toutes les inventions
dévastatrices de la guerre doivent combat tre tour-à-tour»

C'est un des plus difficiles et des plus dispendieux que
puisse ériger l'art de bâtir, et l'un de ceux qui frappent
le plus les voj'ageurs, et dont ils conservent aussi le
plus de souvenirs.

On sait assez que le phare de l'antique Alexandrie
était mis au rang des merveilles du monde, et sans
doute il méritait cet honneur par sa masse imposante &
5, . 3a
loading ...