Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 140
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0219
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i4ô }

ou â la méchanceté des hommes ; et qu'il doit, de lui-
même et clans toutes ses parties, par sa propre masse
ou par l'adhérence de ses matériaux , résister aux atta-
ques , tantôt impétueuses et terribles, tantôt lentes et
multipliées, que lui livrent les saisons ou la barbarie
des peuples. Il faut que dans une longue suite de géné-
rations, le temps et cette barbarie, plus cruelle encore,
épuisent leurs efforts contre ces masses si utiles à l'his-
toire, et que, fatigués de leurs vaines tentatives , ils
finissent par respecter ce qu'ils n'ont pu renverser ou
détruire : il faut qu'une main invisible semble protéger
ces vestiges, d'autant plus respectables, que leur origine
remonte à des époques plus reculées, ou se perd même
dans la nuit des temps; et cette main est celle de l'ar-
tiste éclairé que guide un véritable génie. Il dédaigne
l'éciat trompeur et les succès d'un jour, qu'un petit
nombre de partisans préparent aux productions éphé-
mères de la mode ; et , nourri des leçons de l'expé-
rience , il opère avec tranquillité, et confie à la seule
postérité , plus équitable et plus sûre, le soin de le
juger.

L. G.
loading ...