Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 143
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0224
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 1+3 )

PlancJie soixante-huitième. ■— Enée emportant son père
Anchise sur ses épaules, pour le sauver de l'embrase*
ment de Troie. Tableau de Blondel.

Ce sujet, tiré du second livre de l'Enéide , fut
proposé, à la fin de l'an a, par la classe des beaux-
arts de l'Institut national , pour le grand prix de
peinture. Il a été remporté par M. Mérj Joseph
Blondel , âgé de 22 ans , élève de Regnault. On
approuva généralement, dans son tableau , l'action
et l'expression de chaque figure, ainsi que la vigueur
et la finesse du coloris.

Cette année , par extraordinaire, le prix consistait
en une indemnité pécuniaire, ce qui n'empêchera
point l'artiste couronné de se présenter à un nou-
veau concours. Le nombre' des élèves ponsionnaires
de l'école française, en Italie, étant complet, on
a retardé d'une année le concours, dont le prix est
la pension de Rome.

Notice sur le "Valentin.

Moyse Valentin naquit, en 1600, dans la ville de
Coulommiers (*). Il reçut, dans l'école de Vouet,
les premières leçons de la peinture; mais, cédant
au désir de voir l'Italie, il partit pour Rome, dans
un âge peu avancé.

La manière du Caravage obtint son admiration :
il parvint à s'en approprier les beautés ; telles qu'une

(*) Petite ville, à quatre lieues de Meaux, département dç
Seine et Manie.
loading ...