Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 147
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0230
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i47 )

Planche soixante-dixième.—Marius; par Drouais.

Caïus Marius naquit d'une famille obscure, au terri-
toire d'Arpinum. Dans sa jeunesse , il cultiva la terre *,
mais le désir de se rendre célèbre lui fit embrasser la
profession des armes. On assure que Scipion l'Africain,
sous lequel il servit d'abord, devina son génie, et pré-
dit sa future élévation. Marius parvint de grade en grade
jusqu'au consulat. La défaite de Jugurfha,roi deNumi-
die, fut son premier exploit. Peu de temps après, une
immense multitude de guerriers du Word, connus sous
le nom d'Ambrons et de Teutons, inonda la Gaule et
menaça l'Italie. Secondé par son collègue Catulus,
Marius défit ces barbares dans les plaines de la Pro-
vence. L'année suivante, il détruisit une armée de
Cimbres , qui s'avançait pour venger la mort des Teu-
tons. Le sénat, voyant l'empire que Marius prenait sur
les esprits de la multitude, lui opposa dans Sylla, de
l'ordre des chevaliers, un redoutable adversaire. Sylla,
maître des troupes qui, sous son commandement,
avaient vaincu Mithridate, s'empara de la ville de
Rome et du souverain pouvoir. Marius, contraint à
céder, se cacha dans le marais de Mintûrne, en Cam-
panie. Découvert dans sa retraite, et jeté dans une pri-
son , il en imposa tellement à un prisonnier Cimbre ,
envoyé pour le faire périr, que celui-ci s'enfuit, en
criant ; k Je ne pourrai jamais tuer Marius ! » ( Cet
événement est le sujet du tableau de Drouais ). Ayant
obtenu la permission de passer en Afrique , Marius
aborda près de l'endroit où fut Cartilage. C'est alors
qu'il fit aux envoyés du proconsul cette réponse devenue
si fameuse : « Allez dire à Sulpicius que vous avez vu
loading ...