Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 148
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0231
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 148)'

« Marius assis sur les ruines de Carthage. » Cinna, son
partisan , lui procura les moyens de rentrer dans Rome
avec une armée ; et, par les ordres du farouche vain-
queur, la ville fut inondée du sang des citoyens. Marius
exerçait pour la septième Fois l'autorité consulaire ,
lorsque les excès de vin auxquels il se livrait, pour
étourdir ses remords , le conduisirent au tombeau ,
l'an 86 avant Jésus-Christ.

Lorsqu'on a donné le trait du dernier ouvrage de
Drouais, on a publié une Notice sur cet intéressant
artiste, enlevé à l'école française , avant l'âge de 2,5
ans (*)- Le tableau de Marius est une de ces productions
capitales qui suffisent pour placer un peintre au rang
des plus grands maîtres. Le dessin en est correct et
sévère. La tête de Marius, pour laquelle Drouais a
consulté les médailles antiques, réunit un grand carac-
tère à l'expression la plus énergique. L'exécution, cette
partie de la peinture qui fait valoir toutes les autres s
est portée , dans cet ouvrage , à la perfection.

(*) Voyez, page 5j du premier volume des Annales, la gravure
qui représente le Départ de Tiberius Gracchus, pour aller de-
mander l'exécution de la loi agraire. Drouais mourut au roomenS.
où il venait de terminer les études de ce tableau.
loading ...