Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 5.1803 [Cigognara Nr. 3401-5]

Seite: 152
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803a/0237
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( ïlf )

colonnes, elles se détachent en obscur sur le fond l'umi'-i
neux de la niche.

L'artiste observateur , en saisissant ces effets divers 5i
et y joignant les groupes variés de voitures , de chevaux,,
de voyageurs, de gens de guerre, et mille autres scènes
de ce genre qui se renouvellent à chaque instant, four-
nirait au décorateur des tableaux neufs et intéressans î
c'est ainsi que les arts se prêtent un mutuel secours , et
doivent se réunir pour le charme des esprits délicats ;
ici l'architecture, autrefois unie avec la noble sculpture,
avant la mutilation des deux figures , dont la petitesse
de la planche n'a pas permis de flanquer le pavillon ;
l'arcbitecture, dis-je , et la sculpture réunies offraient à
l'homme de goût un majestueux ensemble dont il était
vivement frappé ; il pouvait pr endre de Paris une idée
grande, et d'autant plus avantageuse qu'il venait de tra-
verser ces belles campagnes qu'arrose lentement le cours
de la Seine, ou de suivre cette route, embellie à chaque
pas par des édifices imposans et par les sites pitto-
resques de Meudon , de Saint-Gloud , de Belle -Vue ,
remarquables et dignes encore d'attention, après le

faste et les miracles dont Louis XIV orna Versailles

avec tant de profusion.

L. G". io*I :

FIN Dï

CINQUIÈME VOLUME.
loading ...