Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 17
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0031
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i7 )

Planche cinquième. — S. Martin partage son manteau
avec un Mendiant. Tableau de la galerie du Musée;
par Vandyck. Figures de proportion petite nature.

S. Martin naquit à Sabarie, en -Pannonie , au com-
mencement du quatrième siècle. Son père, tribun mili-
taire dans les légions romaines , le contraignit à porter
les armes. S. Martin, alors âgé de 16 ans , rencontra
jour, aux portes d'Amiens, un mendiant presque
nu , et lui donna la moitié de son manteau, ne pou-
vant lui faire l'aumône d'une autre manière. Peu de
temps après, le Saint reçut le baptême : il con-,
Verlit sa mère , attaqua les opinions des Ariens,
et alla s'établir près de Poitiers, dont S. Hilaire était
alors évêque. S. Martin j. qui avait reçu les ordres,
iut élevé au siège épiseopal de la ville de Tours,
près de laquelle il fonda le monastère de Marraou-
tiers. Il prêcha ensuite avec succès la foi chrétienne
dans son diocèse et dans toutes les Gaules. L'em-
pereur Maxime était alors à Trêves ; ce prince manda
près de lui le Saint évêque, et le reçut avec de
grands honneurs. S. Martin revenait à Tours , lors-
qu'il tomba malade, clans un village peu éloigné de
cette ville, et y mourut en l'an 400. Sa vie a été
écrite par son disciple, Sulpice Sévère, et par ITor-
tunat.

Dans le tableau de Vand3rck, S. Martin achève de
couper son manteau , dont le pauvre, vu par le dos,
prend une moitié. Un autre mendiant semble im-
plorer la charité du Saint, près duquel on voit un
homme d'un âge mûr qui le regarde avec intérêt, et
Paraît applaudir à son action,

7- 3
loading ...