Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 31
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0052
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 3i )

Planche douzième. — Epicure, Métrodore, une tête in-
connue, et Alexandre ; bustes antiques de la galerie du.
Musée.

Les deux premières têtes sont taillées dans un seul
bloc de marbre. Celle qui regarde à gauche du lecteur
est le portrait d'Epicure , chef d'une secte philosophi-
que très-fameuse chez les anciens et chez les modernes.
Il faisait consister le bonheur dans la volupté; mais
cette volupté n'était, selon lui, autre chose que la
vertu. On ne doit point lui reprocher les égaremens de
quelques-uns de ses sectateurs. Epicure fut sage, labo-
rieux et frugal. Il naquit, dans un bourg de l'A Itique,
l'an 342 avant J. C. , et mourut, à l'âge de 72 ans,
épuisé par le travail. Il avait composé un grand nombre
de traités philosophiques qui , pour la plupart, sont
perdus. C'est dans ces ouvrages que Lucrèce a puisé les
opinions qu'il a ornées de toutes les richesses de la
poésie.

La tête jointe à celle-ci est celle de Métrodore. Il y
eut deux personnages de ce nom qui ont joui d'une sorte
de célébrité. L'un , poète et philosophe, fut envoyé
par les Athéniens à Paul Emile,qui leur demandait un
artiste pour peindre son triomphe surPersée, et un
sage pour élever ses enfans. L'autre Métrodore était
un médecin de Chio, disciple de Démocrite, et maître
d'Hippocrate. Il vivait vers l'an 444 avant J. C. Il est
probable que c'est le Métrodore dont on a voulu joindre
le portrait à celui d'Epicure, car ses principes philoso-
phiques avaient beaucoup de rapport avec ceux de ce
dernier.
loading ...