Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 33
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0055
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(33)

Planche treizième. — Marie de Médicis iènfuit du
château de Blois. Tableau de la galerie du Luxem-
bourg; par Rubens.

Quoique Marie de Médicis n'eût pas encore éprouvé
ses plus grands malheurs , lorsqu'elle chargea Rubens
de peindre la galerie du Luxembourg, elle avait élé
déjà disgraciée par son fils , et reléguée au château de
Blois. C'est par l'ordre exprès de cette princesse que
l'artiste a représenté le moment où elle se déroba, par
la fuite , à sa captivité.

La reine est déjà hors du château. Minerve l'accom-
pagne, et la confie à la fidélité du duc. d'Epernorf
et de plusieurs seigneurs qui effectivement favorisèrent
l'évasion de Marie et l'escortèrent jusqu'à Angoulême.
Ils sont armés et assurent la reine de leur dévouements
Rubens voulant indiquer, sans blesser les convenances,'
de quelle manière Marie de Médicis avait quitté le
lieu de son exil, a représenté une de ses femmes qui
achève de descendre le long de la muraille du châ-
. teau. On voit, dans les airs , la Nuit, caractérisée par-
tes ailes de chauve-souris, et déployant un voile par-
semé d'étoiles. L'Aurore qui la précède , en tenant son
flambeau, annonce que l'événement eut lieu à la pointe
du jour.

Rubens a rendu d'une manière admirable les effets
de cette scène nocturne. Son pinceau est vigoureux,
sans tomber dans le noir; et piquant, sans affaiblir
l'harmonie. La lumière est produite par le flambeau
de l'Aurore et par la torche que tient un soldat. La
tête de la reine est entièrement éclairée. Cette prin-

?• 7
loading ...