Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 34
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0056
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 34 )

«esse a une robe noire et un voile blanc qui reflètent
les tons rougeâtres des flambeaux. La draperie qui
couvre la partie supérieure du corps de Minerve
est violette, et sa robe de dessous est d'un bleu
très-foncé. La femme vue par le dos a des vête-
mens de couleur changeante, presque entièrement
privés de lumière. Celle qui descend a une tunique
Verte.

Le guerrier que l'on aperçoit sur le premier plan a
yne casaque rouge sous son armure, et ses manches
sont vertes; ses vêtemens sont tailladés selon la mode
du temps. Celui qui tient le bras de la reine, et qui ne
peut être que le duc d'Epernon, a un manteau rouge
et des manches violettes dont le ton diffère peu du
vêtement du soldat qui tient une hallebarde. Le voila
que la Nuit déployé est de couleur gris de lin, et la
draperie de l'Aurore d'un jaune orangé.

Ce tableau n'est pas moins recommandable sous le
rapport de l'expression que sous celui du coloris.
Toutes les têtes semblent animées ; toutes les attitudes
sont énergiques et pittoresques. L'ensemble de chaque
figure est bien saisi ; mais on pourrait désirer , dans le
dessin du nu, plus de correction et d'élégance. Au
reste il n'existe point, dans toute cette suite, de
compositions dont l'effet soit plus fier et plus imposant.
loading ...