Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 41
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0067
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C V )

Planche dix-septième.— Ta Vierge et un Jnge adorant
VEnfant-Jésus. Tableau de la galerie du Musée ; par
Benvenulo Garoialo.

L'intention qu'a eue l'arlisle do composer.un sujet
mystique n'e permet pas de lui reprocher des anachro»
nism.es. Garofalo , en peignant l'Eu fan l-Jésus , a voulu
rappeler les maux qu'il devait souffrir dans le cours de
sa vie. Le fils de Marie , étendu sur le bord de la robe
de sa mère , dort profondément. La Vierge, à genoux ,
le contemple, et craint de troubler son sommeil. Du
ange approche de Jésus le suaire et la couronne d'é-
pines. Dans le haut du tableau , d'autres anges portent
les instrumens de la passion ; tels que la colonne où
Jésus doit être attaché, l'éponge imbibée de vinaigre,
la lance, une échelle, et enfin la croix. Sur un plan plus
élevé, des anges soutiennent une espèce de tabernacle.
Le fond représente des ruines, une fontaine, et un vil-
lage.

Ce tableau, bien dessiné, et d'une bonne couleur,
est exécuté avec quelque sécheresse, surtout dans les
lointains qui ne fuient pas assez. Le manteau bleu de la
Vierge est doublé de violet; sa robe est rouge, et un
linge blanc enveloppe sa tête. L'ange a une tunique
Verte, dont les manches sont violettes, et par dessus
une draperie jaune. Les figures ont environ un pied de
proportion.

Notice sur Garofalo.

On n'a que peu de détails sur Benvenuto Tisio , dif
Garofalo ou Garofolo, de la coutume qu'il avait adoptée

7- 9
loading ...