Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 42
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0068
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(-4* )

flô peindre presque toujours un œillet (*) dans ses ta*
bieaux. On ne s'accorde même pas sur les époques de
sa naissance et de sa mort. L'opinion la plus suivie est)
qu'il naquit en 1481, et mourut en i55ç). Ainsi cet
artiste fut contemporain de Raphaël, dont il copia
souvent les ouvrages. Garofalo naquit près de "Ferrare :
il reçut d'abord les leçons de peintres médiocres, et
ne fit que peu de progrès; mais enfin il résolut de deve-
nir habile, et, pour y parvenir, il parcourut les prin-
cipales villes d'Italie , où il admira les chef-d'ceuvres
des grands maîtres. Ses études ne furent point infruc-
tueuses. On trouve, dans ses tableaux, une composi-
tion simple , un dessin élégant et une couleur solide.
S'il est quelquefois mesquin dans les détails , ce défaut
Jient à l'exactitude avec laquelle, lors de la renaissanca
de l'art, les peintres s'appliquèrent à rendre la nature.
Haphaël lui-même eut, comme on sait, assez de peine
à quitter cette manière, qui était celle de Pérugin , son
maître. Garofalo doit la plupart de ses beautés à son
admiration pour les ouvrages de Raphaël. Il a cherché
à se rapprocher de cet illustre modèle, et a quelquefois
réussi ; mais il n'a pu reproduire cette grâce enchan-
teresse, dont il semble que Raphaël ait eu seul le
secret.

(*} Le nom italien àe cette fleur est Garofan».
loading ...