Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 64
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0100
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C H )

en bois choisi, avec le même soin que le fond d'une
guiltare ou d'une basse ; et enfin l'orchestre des
musiciens fut voûté paraboliquement en contrebas du
plancher , de manière à renvoyer avec harmonie ,
dans la salle, les plus doux accompagnement ou les
solo les plus fins et les plus déliés.

Les musiciens sont convenus que toutes ces précau-
tions n'avaient point été vaines, et cetle salle a acquis
et conservé la réputation d'être très-favorable à la
musique.

La forme circulaire du plan s'annonce au dehors
de la façade par une légère courbure qui rappelle
la forme des théâtres antiques.

De grands arcs ouverts dans le soubassement per-
mettent aux voitures d'entrer à couvert dans le vesti-
bule, et huit cariatides, dans le style de celles du
temple de Minerve Poliade, à Athènes , forment la
décoration du premier étage. L'exécution , à la fois
mâle et soignée de ces figures, fait honneur au ciseau
de M. Roland, statuaire , que les architectes ont choisi
pour exécuter cette sculpture de proportion colossale.

Le trépied que l'on remarque au dessus de l'arcade
du milieu y masque le tuyau de la cheminée du foyer.

L'attique placé derrière ne se voit presque point, h.
cause du bombement de la façade, développé par la
perspective, ce que le dessin géométral ne peut rendre;
il est d'ailleurs en ton de brique, et toute la face est
exécutée eu pierre blanche.

L. G.
loading ...