Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 73
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0112
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 73 )

Plancha trente-troisième.—Félicité de la régence. Tableau
de la galerie du Luxembourg; par Rubens.

Dans celle allégorie très-compliquée, Rubens a
représenté le bonheur qui accompagna le gouverne-
ment de Marie de Médicis. Cette princesse est assise
sur un trône richement décoré. D'une main, elle tient
son sceptre, et l'appuyé sur le globe de la France
que soutient un Génie. Dans son autre main est la
balance de la Justice. Minerve paraît adresser des
conseils à la reine, près de laquelle on voit un petit
Amour, symbole de l'affection qu'on lui porte.L'Abon-
dance et l'Equité sont près du trône: l'Equité distribue
des couronnes de lauriers et des médailles aux Génies
des arts. L'Ignorance , l'Envie et la Médisance sont
renversés, et hors d'état de nuire, quoique l'un de
ces monstres étende le bras vers les attributs des
arts , qu'il cherche à détruire. Le Temps , sous la
figure de Saturne, couronné de fruits et de fleurs,
montre à la France la siècle d'or, annoncé par deux
Renommées qui planent dans les airs. On entrevoit,
dans le fond, les colonnes d'uu temple ornées de
feuillage.

Une si riche composition présentait des contrastes
de formes et de couleurs dont Rubens a tiré le plus
grand parti. La figure de Marie de Médicis est noble,
d'un dessin correct, et d'un coloris admirable. Cette
princesse est vêtue d'un manteau bleu foncé, doublé
d'hermine, sous lequel est une robe d'un bleu très-
pâle, attachée avec une agrafe de pierreries. L'Abon-
dance et l'Equité ont des carnations de la plus grande

7- *7
loading ...