Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 83
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0126
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 83 )

Planche trente - huitième. — Condorcet. Statue de la
galerie du Sénat ; par Pelitot.

Condorcet, membre des trois Académies de France,
jouissait d'une grande réputation', comme savant et
comme littérateur, à l'époque où la révolution com-
mença. Nommé successivement député à l'assemblée
législative et à la convention, il fut proscrit par le
parti qui organisa la terreur, et demeura cacbé pen-
dant quelque temps dans la maison d'un ami. Lorsque
îa peine de mort, prononcée contre ceux qui auraient
accordé asile aux personnes mises hors la loi, força
Condorcet à quitter le lieu de sa retraile , il erra
deux jours dans les environs de Paris , ne sachant
en quel lieu s'arrêter. Pressé par la faim , il entra
dans une hôtellerie, fut remarqué par quelques hommes,
et, comme il ne put produire aucun passeport, on le
conduisit au Bourg-la-Reine où on le jeta dans le fond
d'un cachot. Le lendemain , on vint le chercher pour
l'interroger-, il était mort. On ne doute point que trop
assuré du sort qui l'attendait, il n'ait pris le parti de
terminer ses jours avec du poison qu'il portait sur lui
depuis quelque temps.

L'artiste lui a donné son costume de représentant
du peuple. Il tient son dernier ouvrage sur la per-*
fectibilité de Vesprit humain, auquel il travaillait encore
quelques jours avant de mourir. On voit près de lui la
colonne de proscription, et des instrumens de tnafhé-
'BatiqueS.

Cette figure est bien posée ; elle a du caractère,
loading ...