Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 97
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0144
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 97 )

Planche quarante-cinquième. — La Vierge au Donataire,
dile\a Madonne de Eoligno. Tableau de la galerie du
Musée; par Raphaël.

Cette peinture fut faite pour accomplir le vœu d'un,
secrétaire du pape Jules II, nommé Sigismond de Co-
mitibus. Ayant échappé à quelque danger, il attribua
son salut à la Vierge, et offrit ce tableau à une église
de Rome , connue sous le nom d'Ara Cceli.

Raphaël a eu recours à ce genre de compositions
mystiques,si souvent reproduites par les peintres d'Itai
liej et, sans s'assujettir à l'ordre des temps, il a intro-
duit dans le même tableau plusieurs saints, honorés
sans doute par le Donataire d'une vénération particu-
lière.

Au centre d'une gloire, la Vierge, assise sur des
nuages, tient dans ses bras l'Enfant Jésus ; de petits
Anges qu'on ne fait qu'entrevoir sont groupés circu-
lairement autour d'eux.

Dans la partie inférieure du tableau, le Donataire, à
genoux, joint les mains, et élève les yeux vers la Vierge
et l'Enfant Jésus. Près de lui, S. Jérôme, et de l'autre
côté, S. François unissent leurs prières. S. Jean, le
corps à demi-couvert d'une peau de chameau, paraît
montrer au spectateur la Vierge et son fils. Au milieu
d'eux, un petit Ange debout tient une tablette. Le
fond représente un village sur lequel tombe un globe,
de feu. C'est là, sans doute, une représentation de
l'événement qui occasionna le vœu du Donataire.

Ce chef-d'œuvre n'est inférieur à aucun des plus
beaux ouvrages de Raphaël, qui n'a jamais porté plus
loin la grâce et la correction. En peignant la figure da
y. 23
loading ...