Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 98
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0145
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(98)

S'gismond, il a suppléé, par une expression admirable,
à la grandeur et à la noblesse que son modèle ne lui
offrait pas. S. Jean a l'aspect sévère ; sa chevelure
est en désordre; son corps est desséché par les austé-
rités. La tête de S. Jérôme présente les formes les
plus majestueuses; et l'extase pieuse est parfaitement
rendue sur le visage de S. François.

Dans l'ensemble comme dans les détails de ce tableau,
Raphaël s'est montré grand coloriste. Cependant la
Vierge et l'Enfant Jésus ont des carnations un peu
rouges; celles des Saints sont clignes des premiers
maîtres de l'école flamande ou vénitienne. Les acces-
soires , le paysage et les terrasses sont rendus avec
beaucoup de soin et de vérité.

On ne sait pourquoi Raphaël a peint le chœur
d'Anges d'un ton bleuâtre qui participe de celui des
nuages , et dont l'effet ne paraît pas heureux.

Ce tableau est un des objets d'art récemment appor-
tés d'Italie. Depuis l'année i565,on le voyait dans le
couvent délie Confesse, à Foligno, petite ville du duché
de Spolette , à 27 lieues de Rome. Il était fort endom-
magé , et a été transporté de bois sur toile. Il a enviroa
onze pieds de haut sur six pieds de large.
loading ...