Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 101
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0149
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
[

C roi )

Planche quarante-septième. — S Matthieu. Tableau de
la galerie du Musée; par Valentin.

Après avoir quitté , pour suivre Jésus, la profession
de receveur des impôts, S. Matthieu composa l'évan-
gile qui porte son nom.

Dans le tableau de Valentin, S. Matthieu, vêtu d'une
robe violette et d'un manteau rouge, tient une plume
et le volume sur lequel il se dispose à écrire. Sou
attitude est celle d'un homme qui médite profondé-
ment. Près de lui, on voit l'Ange dont il est ordi-
nairement accompagné. Quelques livres sont sur la
table. La forme que le peintre leur a donnée, et la
plume qu'il a substituée au stylet dont on se ser-
vait encore pour écrire , à l'époque où S. Matthieu
vivait, sont des anachronismes.

Imitateur exact de la nature, mais peu capable
de s'élever au beau idéal, Valentin , pour représenter
l'Ange, n'a fait que copier l'individu qu'il avait
devant les yeux, et les formes de ce modèle étaient
ignobles. Le Saint a également une figure commune ;
mais, malgré ces défauts, on admirera la vérité du
coloris, la vigueur du pinceau et la force du clair-
obscur.

Ce tableau , l'un des quatre qui furent longtemps
placés dans la chambre du roi, à Versailles, a quatre
pieds et demi de largeur et trois pieds et demi de
hauteur.

7-

24
loading ...