Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 107
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0155
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( io7 )

Planche cinquantième. — Mausolée du cardinal de
Richelieu ; par Girardon.— Musée des Monument
français.

Le cardinal est à demi-couché sur un lit funéraire;
il pose une de ses mains sur son cœur, et porte l'autre
vers un des ouvrages de piété qu'il composa. La Reli-
gion le soutient et le console; tandis qu'à ses pieds la
Science est plongée dans un profond abattement (*).

Ce monument décorait autrefois l'église de la Sor-
bonne. Le Brun en donna le dessin à Girardon qui
l'exécuta en marbre blanc. On le regarde comme une
des plus belles productions de cet artiste, et on en
admire surtout la parfaite exécution, La figure princi-
pale a six pieds de proportion , et celles des deux per-
sonnages allégoriques cinq pieds, trois pouces. La
longueur totale du groupe est de quatorze pieds, et sa
largeur de cinq pieds, neuf pouces.

Notice sur Girardon.

François Girardon naquit à Troyes, en Champagne,'
l'an 1627. Il quitta un maître médiocre qui lui avait
donné les premièrés leçons de son art, pour recevoir
celles de François Anguier. Ses progrès et sa réputa-
tion naissante engagèrent Louis XIV à l'envoyer en
Italie , avec une pension de mille écus. Girardon profila

(*) Sur l'autre côté du tombeau, deux petits Génies tiennent les
armoiries du cardinal, et les marques de sa dignité. On donnera, dans
les Annales, une seconde gravure qui présentera le monument sous
cet aspect.
loading ...