Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 121
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0174
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche cinquante-septième. ■— Le Christ porté au loin'
beau. Tableau de la galerie du Musée ; par le Titien.

Trois disciples souliennent le corps de J. C. , et së
disposent à le porter dans le tombeau , laitdis quë
la Vierge et S. Jean se livrent à la douleur.

Ce tableau jouit d'une grande célébrité. Il la mé-
rite par la correction du dessin, la force des expres-
sions, et surtout par un coloris plein de chaleur et
d'harmonie. L'opposition des teintes livides du Christ
avec les carnations sanguines et animées des autres
personnages > est savante sans exagération, et pré-
sente une heureuse imitation de la nature.

La figure qui porte les jambes du Christ a Un habil-
lement vert. La draperie du disciple qui tient l'autre
bout du linceuil est d'un rouge éclatant, et il a sur
ses épaules une espèce d'écharpe blanche rayée de
vert, dont l'extrémité descend jusqu'à terre. Le troi-
sième disciple est vêtu de rouge , mais la couleur
de son vêtement est éteinte, et ne dispute point de
vigueur avec celle des draperies du premier plan.
La Vierge est enveloppée d'un large manteau bleu :
celui de S. Jean est jaune.

Ce tableau , dont les figures sont à peu près ds
grandeur naturelle, était depuis longtemps dans la
Collection du roi.

1-
loading ...