Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 126
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0179
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 126 )

et aux observations qu'il fît sur les tableaux de Léonard
de Vinci. Le coloris du Giorgion fut admiré de tous
lès amateurs; et le Titien lui-même, qui avait été son
condisciple chez Jean Bel lin, désira recevoir ses leçons;
mais le Giorgion s'aperçut qu'il voulait saisir sa ma-
nière , et le congédia-

Le Giorgion passa quelque temps chez ses parens et
dans son lieu natal. Il peignit, pour l'église de Castel»
Franco , un S. François et un S. Georges. Il lit aussi des
portraits d'une grande beauté. De retour à Venise , il
peignit en dehors la façade de sa maison, pour donner
aux Vénitiens le goût de ces sortes de décorations. Son
idée leur plut, et il fut chargé de peindre plusieurs
extérieurs de palais, où il représenta tous les sujets des
métamorphoses et des amours des Dieux.

Dans le temps où le Giorgion s'appliquait, avec le
plus d'assiduité, à l'étude de son art, il mourut à
Venise , âgé seulement de 3a ans. La cause de sa mort
est incertaine. Quelques auteurs ont pensé qu'il fut en-
levé par la peste ; d'autres assurent qu'il succomba au
chagrin qu'il éprouva de l'infidélité de sa maîtresse^
loading ...