Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 129
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0183
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i29 )

Planche soixante-unième. — Le Serment dés Horàces,
Tableau de la galerie du Sénat ; par David.

Le combat des Horaces et des Curiaces,qui rendit
Albe tributaire de Rome, est célèbre dans' l'histoire. Les
détails de cet événement ont été racontés par Tile-Live,
et Corneille en a fait le sujet d'une de ses plus belles
tragédies.

Le trait que M. David a représenté n'est pas rapporté
par les Historiens , mais il ne s'écarte en rien de la
vraisemblance qui suffit aux peintres et aux poètes;
L'artiste a supposé qu'au moment où les trois frères
Vont partir pour le combat , le vieil Horace ^ tenant
dans ses mains leurs épées, leur fait jurer de vaincré
ou de mourir. Près d'eux, Sabine évanouie, la jeune
Camille.* la tête appuyeé sur l'épaule de sa soeur, et la
mère des trois guerriers, qui embrasse ses petit-fils ,
paraissent gémir sur le sort qui les menacé;

Dans le groupe des défenseurs de Rome, on dis-
tingue d'abord l'époux de Sabine, celui qui doit
revenir vainqueur. Il est sur le premier plan : sort
attitude mâle et intrépide forme une belle opposition
avec l'ardeur plus impétueuse de ses frères.

Ce tableau, exposé au salon de l'an 1784, fut accueilli
avec enthousiasme par les amateurs et par le public.
On admire le style de la composition , le grand
Caractère du dessin, la couleur vigoureuse et la belle
exécution*

Si

\
loading ...