Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 7.1803 [Cigognara Nr. 3401-7]

Seite: 135
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1803b/0189
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i3S )

Planche soixante-quatrième. — Jacob béni par Isaac.
Tableau de la galerie du Musée ; par Salomon
Coning,

Le trait que représente ce tableau est rapporté avec
quelques détails dans l'Ecriture.

« Isaac, étant devenu très-vieux , donna ordre à
<c son fils aînéjEsaiï, de lui apporter de sa cbasse ,
« et lui promit sa bénédiction. Rébecca, qui éprouvait
« pour son second fils, Jacob, un sentiment de préfé-
k rence, lui fit prendre les habits de son frère 5 et, afin
« qu'il ressèmblât à Esaii, dont le corps (était couvert
« de poil, elle lui enveloppa le col et les mains de la
« peau d'un chevreau, qu'elle apprêta pour le repas
« d'Isaac. Le patriarche, dont l'âge avait affaibli la
« vue, fut trompé par ce stratagème, et donna à Jacob
« la bénédiction qu'il destinait à son fils aîné. »

Dans le tableau de Salomon Coning , Jacob est à
genoux, près du lit d'Isaac. Celui-ci touche les mains
de son fils, pour s'assurer si c'est véritablement Esaii
qui se présente devant lui. Rébecca , posant un doigt
sur sa bouche , fait signe à Jacob de garder le
silence.

Cette scène est rendue avec beaucoup de naturel et
d'expression. Le coloris est harmonieux, brillant: il
rappelle la manière de Rembrandt, quoiqu'il ait moins
de vigueur que celui de ce maître. Les accessoires sont
exécutés avec la précision et le fini qui sont propres
à l'école hollandaise , mais il ne faut pas plus chercher
ici que dans les antres tableaux d'histoire des peintres
loading ...